02.06.2022
Blog
3 mythes et légendes du Japon

Depuis des milliers d'années, les mythes et les légendes ont façonné notre vision du monde. Ils sont souvent à l'origine d'une coutume et/ou d'une pratique culturelleQu'il s'agisse de l'origine de l'univers, du système politique du pays ou de la naissance de festivités encore célébrées aujourd'hui, les mythes suivants ont façonné les origines et traditions du Japon et font partie intégrante du folklore local.

La légende d'Izanagi et Izanami

Cette légende est la célèbre du Kojiki, un ouvrage sacré très ancien qui rassemble des mythes sur la création du Japon et les kamis (divinités hautement vénérées issues des croyances shinto). Izanagi et Izanami eux-mêmes, seraient à l’origine de la création du monde, des îles du Japon et de tous les kamis.

Représentations du couple fondateur par (1) Kobayashi Eitaku (1885), (2) inconnu et (3) inconnu

 

On raconte que lorsque l’ordre n’existait pas encore, la Terre et le ciel s’entremêlaient. Toutefois, un jour, le ciel finit par se détacher de la Terre et c’est là qu’apparurent les premiers dieux de la création de l’univers (kotoamatsukami). Il faudra attendre que plusieurs générations de kamis naissent avant que le Dieu Izanagi et sa sœur, la déesse Izanami fassent leur apparition. Ils se marièrent (oui oui, ils étaient bien frère et sœur) et eurent beaucoup de kamis qui fondèrent les éléments de la nature telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ainsi, on peut citer le célèbre dieu du vent, le kami des montagnes, le dieu des plaines, du sable, etc.

Autres représentations des kamis créateurs du Japon (à droite, par Ogata Gekko, 1891). 

Un jour, tout bascule. Izanami donne naissance à la divinité du feu Kagutsuchi qui la tue lors de l’accouchement (la déesse aurait été brûlée vive et envoyée au Yomi qui n’est autre que le royaume des morts). Fou de chagrin, Izanagi, tua son propre enfant qu’il tenait pour responsable de la disparition de sa bien-aimée et décida de partir à la recherche de cette dernière dans l’espoir de la ramener à la vie. Lorsqu’il la retrouva, elle lui promit de le suivre, à la seule condition qu'il n’essaie pas de la revoir avant son retour. Et oui, on ne quitte pas le royaume des enfers sans obtenir l’autorisation de quitter les lieux en priant les kamis qui dirigeaient le royaume.

Vous vous en doutez, Izanagi après une journée d’attente décida tout de même de repartir à sa recherche. Horreur, il vit Izanami avec le corps à moitié décomposé. Humiliée, cette dernière envoya alors les démons des enfers à sa poursuite. Par chance, Izanagi parvint à s’échapper du Yomi et scella pour de bon le chemin qui reliait le monde des morts à celui des vivants.

De retour sur Terre, le dieu mal en point fit des ablutions pour soigner ses blessures. C’est de cette légende qu’apparut le rituel de purification encore largement utilisé aujourd’hui dans les rites shinto.

Tanabata matsuri, quand l’amour rencontre l’astrologie 

Organisée traditionnellement le 7e jour du 7e mois du calendrier luni-solaire, la ''fête des étoiles'' est un rendez-vous incontournable pour de nombreux Japonais désireux de devenir chanceux en amour. Elle est généralement célébrée le 7 juillet au Japon, et parfois en août dans le nord du pays.

Telle que nous la connaissons aujourd’hui, cette fête consiste à accrocher ses souhaits sur des tanzaku (des bandes de papier coloré) à une pousse de bambou. Il est préconisé d’accrocher son vœu sur des branches de bambous assez hautes afin que le message soit transmis. Il est également dit que le bruit du vent dans les feuilles de bambou serait en fait les voix de vœux allant vers les divinités. La tradition veut en principe que bambous et tanzaku soient jetés à la rivière après le 7 juillet pour que le vœu se réalise.

 

Cette fête découle tout droit de la légende du bouvier et de la tisserande très répandue en Asie et connue au Japon sous le nom de Tanabata-tsume ("la tisserande"). Selon la légende japonaise, Orihime (l’étoile Véga) est une princesse et tisserande, fille du dieu du ciel. Elle passe son temps à coudre des vêtements pour son père sur les bords de la voie lactée.

Il existe deux versions de l’histoire :

- La princesse n'a pas le temps de trouver un prétendant alors son père décide alors de s'en charger pour elle et lui arrange un rendez-vous avec le prince Hikoboshi (étoile Altair). Dans cette version de l’histoire, les deux amants étaient tellement épris l'un de l'autre qu’ils en négligèrent leur travail.

- Dans l’autre version, Orihime tombe amoureuse d’Hikoboshi, simple mortel gardien de troupeau. Ils tombent amoureux mais le père de la jeune princesse n’accepta pas cette union.

Dans les deux cas le dieu du ciel décide alors de séparer les deux époux par la voie lactée. La tristesse des deux amants fut tellement immense, que les divinités leur accordèrent l’opportunité de se retrouver une fois par an, la septième nuit du septième mois. La Voie Lactée est donc rendue franchissable grâce à un pont provisoire construit par des pies. Malheureusement, s’il pleut ce soir-là, les oiseaux ne pourront construire le pont et les amoureux devront attendre l’année suivante pour se revoir.

La légende fait en réalité écho à un phénomène astronomique, le ''Triangle d'été'', qui apparaît dans le ciel lorsque la distance entre les étoiles Véga, Altair et Déned s'amincit.

                                                                                                               

 

Kobo Daishi, le moine en méditation éternelle 

Le cimetière Okuno-in, est un des lieux les plus sacrés du Japon et une destination de pèlerinage très populaire. Il a été construit grâce à Kobo Daishi, le fondateur du bouddhisme Shingon et l’une des personnes les plus vénérées de l’histoire religieuse du Japon. Il se raconte que Kobo Daishi ne se serait en réalité jamais éteint, mais qu’il serait entré dans un état de méditation éternelle, au fond de la grotte d’Okuno-in. C’est pourquoi, de nombreuses personnes souhaitent être enterrées près de la grotte.

La mystérieuse cité perdue d’Angkor

Au cœur de la jungle tropicale du Tonlé Sap dans la province de Siem Reap, se cache un trésor architectural inestimable. Classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Angkor ...

Lire la suite
Sur les traces de l’architecture islamique

La mort de Mahomet en 632, prophète de l'islam, marque un tournant dans l’histoire Arabe. Le monde arabo-musulman, s’appuyant sur une religion considérée comme l'expression de la révélation ultime, part en conquête ...

Lire la suite

Les + reflets d'ailleurs

Sur-mesure
Sur-mesure
Vous êtes unique, votre voyage l’est aussi ! Savamment organisé au gré de vos contraintes, envies et budgets.
10 ans d'expérience
10 ans d'expérience
Un savoir-faire unique et performant acquis au fil des ans et guidé au quotidien par votre expérience client.
Espace membre
Espace membre
Une gestion simplifiée pour préparer votre voyage sur votre propre espace client en ligne accessible 24h/24.
Tourisme responsable
Tourisme responsable
Conscients de l’impact de notre activité, nous sensibilisons nos collaborateurs et clients aux éco-gestes du voyageur.
Recevez notre NEWSLETTER
et tous nos bons plans..
Merci de saisir votre adresse email Adresse email invalide